Désespéré

Comment faire la différence entre une gamme lowcost ou haut de gamme dans l'éclairage Industriel ?

Cette question fait partie des questions qui nous sont le plus fréquemment posé par nos clients.

Il est vrai que faire la différence dans le flot d’offre sur le marché, avec des discours où chacun a le meilleur produit. Cela n’aide pas les utilisateurs pour s’y retrouver.

Nous allons vous aider à cibler quelques critères importants pour que chacun s’y retrouve le plus facilement possible sans être un spécialiste de l’éclairage LED.

Première étape : les critères simples

Dans cette partie, nous allons vous donner les quelques critères qui sont super importants.

On reviendra en détail sur ce qu’ils veulent dire dans la suite de l’article.

1-La durée de vie

Du “low-cost” sera plus souvent sur une durée de 30000 heures.

Un “milieu de gamme” sera plus souvent sur 50000 heures.

Un éclairage “haut de gamme” sera supérieur à 50000 heures

À cette durée de vie, il faut y ajouter absolument le norme L80B10. Cette norme prendra en compte le vieillissement de votre produit et le maintien de son flux.

Typiquement, du “low-cost” est L70B50, du “milieu de gamme” L70B20 ou L80B20 et du “haut de gamme” L80B10 ou L90B10

Voici un article qui vous explique la norme :

https://helliotech.com/la-norme-des-l80b10-a-50000-heures/
La norme L80B10

2-L'efficacité lumineuse

L’efficacité lumineuse est critère de performance énorme. Plus vous êtes efficace, moins vous consommez pour le même rendement.

C’est la valeur en lm/w

Efficacité lumineuse LED

Si on prend le cas des suspensions led industrielles en exemple, voici quelques comparatifs.

En “low-cost” ce sont des produits compris entre 110lm/w et 130lm/w

En “milieu de gamme” ces produits sont plus entre 150lm/w et 170lm/w

En gamme “haut de gamme” on est sur du 200lm/w ou 180lm/w

À titre de comparaison pour la gamme la plus répandue du marché posé à 6m de haut pour remplacer du 250W iodure, voici ce que cela donnerait :

“low-cost” –> 150W pour 19000lm –> 125lm/w

“milieu de gamme” –> 150W pour 22000lm –> 150lm/w

“haut de gamme” –> 120W pour 24000lm –> 200lm/w et idéalement le 100W pour 20000lm serait encore mieux

Vous l’aurez compris, plus vous montez en gamme, plus vous ferez d’économies d’énergies.

Sur le long terme, un produit plus efficace sera plus vite rentabilisé.

3- La température de fonctionnement

C’est un critère auquel nous ne pensons pas forcément, mais qui peut faire une grande différence sur la durée de vie du produit. Surtout que la technologie LED préfère les basses températures plutôt que les hautes températures.

Un produit entré de gamme sera autour de 25 °C max en fonctionnement.

Un milieu de gamme sera autour de 35 °C et un éclairage haut de gamme sera plus souvent à 45 °C.

Attention, car avec les températures, une garantie peut ne pas fonctionner. Dans le cas d’un dépassement avéré sur un luminaire récent, vous pourriez vous retrouver à devoir tout changer en moins de deux ans (Cas constaté chez un client).

4- Le dernier, mais pas des moindres, la durée d'allumage

Cela parait un peu idiot, mais la contrainte sur de l’électronique 24h/24h ou 12h par jours ne demande pas la même technologie d’alimentation.

Chez tous les fabricants, c’est la valeur qui n’apparait que sur les conditions générales de ventes. C’est LE truc sur lequel nous faisons attention de bien informer nos clients.

Prenons un exemple d’un produit low-cost vu sur internet.

Il affiche une garantie de 5 ans, mais quand vous lisez les conditions de garantie, c’est 4000 heures max par an ! Soit environ 10 heures par jours !

Si on regarde la gamme que nous vendons de chez AIRIS LED, le modèle AMIRAL est un milieu de gamme pour 12h/jours. Si vous voulez du 24/24, il faut la gamme KAYSER.

Deuxième étape pour les plus courageux, les caractéristiques auxquelles on ne pense pas 😉

1 - Le facteur de puissance

Un bon facteur de puissance ou cos phi, c’est le taux de perturbation électromagnétique que le luminaire va créer sur le réseau électrique.

Un taux classique sera autour de 0.8 ( l’idéal étant 1), un milieu de gamme autour de 0.9 et un haut de gamme au-dessus de 0.9 ( 0.95 en moyenne )

2 - L'éblouissement UGR et les lumières bleues ( Norme EN62471 )

Cela peut paraître anodin comme caractéristique, mais au quotidien un confort des yeux est important.

Si vous voulez également vous éviter des soucis avec votre CHSCT, privilégié la Norme EN62471, qui vous garantis un éclairage non agressif pour les yeux

3 - Le luminaire est-il éligible aux primes CEE ou non ?

Si vous souhaitez monter un dossier d’aide CEE, il est important que dans le choix du luminaire vous ne vous trompiez pas. Bien souvent, des produits internet ou low cost, ne sont pas éligibles.

Dernière étape pour conclure

Si on devait résumer, le critère principal serait la durée de vie suivant la norme L80B10 et la durée de garantie de votre produit.

Ensuite viendra l’efficacité lumineuse.

Ce sont ces critères qui vont différencier en premier un luminaire LED low-cost d’un haut de gamme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *